tous les articlesPhilippe vanderstigel de RocketChart

Hubvisory x RocketChart

Philippe vanderstigel de RocketChart
Philippe Vanderstigel25 février 2022

Pierre est le cofondateur d’Hubvisory, une agence spécialisée dans le product management, product design et l’agilité. Entièrement sur fonds propres 🤜🏼 💥 🤛🏼 l’entreprise connaît une forte croissance et a doublé ses effectifs en à peine 1 an et demi pour atteindre les 100 salariés.

Pierre partage avec nous son parcours et les motivations derrière la création d’Hubvisory. Il nous explique comment il a automatisé son reporting financier et le suivi de ses dépenses en temps réel, et comment il prend les bonnes décisions pour développer sereinement son activité avec les scénarios prévisionnels.

"J'ai enfin un reporting personnalisé en temps réel de nos flux de trésorerie et comment on dépense l'argent dans l'entreprise. Avant sur Excel ça me prenait des heures de le faire à la main, sans compter le risque d'erreur. Pour le prévisionnel, on branche les chiffres de notre BP dans RocketChart pour voir exactement ce qui va se passer en terme de trésorerie. On simule nos investissements avec le multi-scénarios pour en déduire ce qui est faisable, ou non, pour développer l'entreprise. Ça devient un réel outil d'aide à la décision !"

Sommaire

Lire l'interview écrite

Salut Pierre,

Tu es un des cofondateurs d'Hubvisory, une agence de conseil spécialisée dans le product management, product design et l'agilité projet.

Peux-tu nous expliquer ton parcours ?

J'ai fait mes études à Montréal, j'ai passé 3 ans là-bas. C'est là où j'ai connu Martin, un de mes associés actuels. Après ces 3 ans, je suis rentré en France travailler dans le secteur de la Fintech. J'étais consultant et j'aidais les acteurs du milieu financier comme les banques, les fonds d'investissement et les banques privées à bien exploiter leurs données financières et leurs workflow d'investissement. Après 4 ans comme consultant, j'ai quitté mon entreprise parce que je ne voulais pas faire carrière dans le secteur de la Finance. Je suis donc parti rejoindre ma copine qui vivait à Hong-Kong. J'y ai vécu quelques mois et je faisais du Freelance. Je suis alors rentré en France pour lancer Hubvisory à l'été 2016 avec Martin et Benoît.

Pourquoi avoir lancé Hubvisory ?

La première raison, c'était pour apporter une expérience collaborateur que nous n'avions pas connu dans le passé. On pensait vraiment améliorer le modèle des cabinets de conseil traditionnels. Mes 2 associés étaient tous deux dans un très gros cabinet. Le genre de cabinet où on a un peu l'impression de n'être qu'un chiffre parmi tant d'autres. On avait vraiment la motivation pour apporter une expérience collaborateur complètement nouvelle dans le monde du conseil.

La seconde raison, c'est parce qu'on avait le pressentiment que le product management allait jouer un grand rôle dans les prochaines années et qu'il manquait des acteurs pour accompagner les entreprises françaises sur ce sujet. Donc on s'est dit que ça valait le coup de créer un acteur spécialisé dans le domaine. À l'époque c'était assez novateur (2016), parce qu'on ne parlait pas du product management comme on en parle aujourd'hui. On avait cette conviction forte tous les 3 et on voyait cette opportunité, donc on s'est lancé tous les 3.

C'est quoi Hubvisory ?

Hubvisory a un objectif : accompagner nos clients dans la création de produits digitaux à succès. Pour y parvenir, nous les accompagnons à différents niveaux. On fait d'abord beaucoup de formations. Il y a un vrai besoin d'évangélisation et de spécialisation dans ces métiers. Ensuite, on les accompagne opérationnellement avec des Product Manager, Product Designer et des développeurs qui les aident quotidiennement en mettant la main dans le cambouis pour créer ces produits digitaux. Enfin, on les accompagne sur le volet organisationnel avec des coach produits (on les appelle en interne Product Leader). Ils vont aider nos clients à mettre en place des organisations centrées autour du produit, faire avancer leur process et les faire monter en compétence. L'idée est de transformer nos clients en réel Product-Company.

Vous êtes combien chez Hubvisory ?

On va bientôt franchir une grande étape puisqu'on va accueillir notre 100ème employé dans quelques semaines. Il y a 1 an et demi, quand on a commencé avec RocketChart on était une quarantaine.

Belle croissance ! Ça ressemblait à quoi les premiers mois d'Hubvisory ?

Concrètement, c'était Martin, Benoît et moi-même, sur le bout de table d'un open-space de l'incubateur Paris&Co qu'on avait loué. On essayait de gagner des missions en parallèle de réaliser celles qu'on avait signées pour nos premiers clients. Et on essayait d'économiser assez d'argent pour recruter nos premiers stagiaires et commencer à faire grandir la structure.

Vous êtes sur fonds propres ou bien vous avez eu des financements ?

On est sur fonds propres, on n'a jamais levé d'argent, le capital est détenu à 100% par les 3 associés.

Qui s'occupe de la gestion financière d'Hubvisory ?

C'est moi qui m’en charge du fait de mon passé et mes études en Finance. J'ai naturellement pris en charge ce sujet dès le début et je continue encore aujourd'hui à gérer les finances de l'entreprise.

Peux-tu nous expliquer comment tu gérais ta trésorerie au début ?

Au départ c'était beaucoup de bricolage. Comme tu peux t'en douter, parce que j'imagine que vous avez les mêmes discours chez vos prospects, on allait voir l'état du compte bancaire et on essayait de télécharger tant bien que mal des fichiers plats pour les retraiter ensuite dans des fichiers Excel. On bidouillait avec des tableurs Excel pour essayer de comprendre comment on dépensait l'argent et pour tenter d’anticiper ce qui allait se passer. Ce n'était pas un process très optimisé, avec beaucoup de risques d'erreurs.

Pourquoi as-tu changé d'outil ?

J'ai changé d'outil parce que la proposition de valeur de RocketChart était d'automatiser un maximum tout ce qu'on faisait à la main, et surtout de le faire sans erreur car directement synchronisé avec notre banque en temps réel. Avec le module de reconnaissance des flux, mes opérations bancaires sont automatiquement taguées. Ça me prenait des heures à faire à la main, avec en plus un risque d'erreur. La proposition de valeur de RocketChart dès le départ était forte, et c'était exactement ce qu'on avait besoin pour Hubvisory. On a donc décidé de s'équiper de l'outil.

Comment utilises-tu RocketChart ?

Dans un premier temps, on regarde comment on dépense l'argent. Pour ça, on utilise la fonctionnalité de catégorisation automatique de nos flux bancaires. C'est vraiment bien car on a une situation en temps réel de la répartition de nos dépenses : ce n'est pas le cas si on doit attendre la comptabilité. En plus, dans l'outil on peut personnaliser notre plan de catégories (plusieurs niveaux de sous-catégories) pour qu'il soit vraiment parlant contrairement au plan comptable. C'est donc un reporting custom qui nous permet d'y voir très clair sur nos flux de trésorerie et comment on dépense l'argent chez Hubvisory.

Ensuite, il y a la partie prévisionnelle. En fait, je peux faire mes anticipations en fonction d'où on en est sur nos plans de trésorerie. Et avec les scénarios, je peux mesurer l'impact des grands investissements qu'on fait pour l'entreprise d'un point de vue trésorerie. Quand on a des projets d'investissement, on réalise nos Business Plan et on branche ensuite les chiffres dans RocketChart pour voir exactement ce qui va se passer en terme de trésorerie. On en déduit donc ce qui est faisable ou non pour le développement d'Hubvisory.

Ça devient un réel outil de prise de décision. On ajuste le niveau de risque de nos investissements en fonction de ce qu'on est prêt à accepter et des prévisions sur nos projets. C'est devenu très utile pour nous aider dans le développement de l'entreprise.

Qu'est-ce qui a changé depuis que tu utilises RocketChart ?

Le temps qu'on gagne déjà ! Comme je te le disais, la gestion des finances était très manuel avant et on pouvait faire des erreurs. Avec l'automatisation et l'intelligence de RocketChart on économise des heures à traiter les données.

C'est aussi beaucoup plus de flexibilité dans ma gestion. Pour moi, l'outil est tout aussi personnalisable qu'un fichier Excel. On garde la flexibilité d'Excel tout en ayant un gain de temps qui est ultra important grâce à l'automatisation (synchronisation bancaire et classement automatique des opérations).

Ce que j'aime bien, c'est la simplicité de l'outil. On comprend bien son fonctionnement et les fonctionnalités clés. D'ailleurs, ces fonctionnalités ajoutent beaucoup de valeur à l'outil pour gérer notre trésorerie.

As-tu un dernier mot pour les lecteurs du blog ?

Pour rester sur le sujet de la gestion du cash flow, je pense que c'est important pour les entrepreneurs de savoir s'adapter. En effet, on est dans un environnement que je trouve volatile : tout peut aller très vite dans un sens comme dans l'autre, dans le bon comme dans le mauvais. Connaître sa position de cash en temps réel et prévoir plusieurs scénarios (positif comme négatif) permet de garder une longueur d'avance pour s’adapter rapidement et anticiper. Selon moi c'est une capacité très importante pour n'importe quel entrepreneur de pouvoir s'adapter à son contexte, car on ne peut pas changer ce contexte et il faut faire avec. En ce sens, je pense que RocketChart peut aider beaucoup d'entrepreneurs.

Merci Pierre :)

Testez gratuitement notre logiciel de gestion de trésorerie