Plan de trésorerie prévisionnel : le guide complet [2020]

La trésorerie d’une entreprise représente l’ensemble de ses liquidités à un instant donné. Elle correspond à la somme des soldes de ses comptes bancaires et du montant de sa caisse. Au fil du temps, une société doit faire face à ses engagements : factures fournisseurs, remboursement de prêt, versement des salaires, etc. Elle doit être certaine d’avoir toujours la trésorerie nécessaire pour les payer. Autrement la société s’asphyxie et s’immobilise, avant de finir par déposer le bilan.
Avec les décalages des paiements clients et les charges qui augmentent avec le développement de l’entreprise, la prévision de trésorerie est un en enjeux crucial pour le dirigeant. Une bonne visibilité sur sa trésorerie prévisionnelle améliore la réactivité de l’entreprise et sa capacité d’anticipation. Le plan de trésorerie prévisionnel est l’outil le plus puissant pour anticiper et visualiser sa trésorerie à venir. Grâce à lui vous êtes certains d’éviter les creux de trésorerie et vous pilotez votre société plus sereinement.
Même s’il est incontournable, concevoir ce document et le maintenir à jour est un exercice complexe pour tout entrepreneur. Il faut prendre en compte les différents délais de règlement clients, les fréquences des charges fixes, la saisonnalité de l’activité ou encore prévoir les encaissements ou décaissements de TVA selon le régime de déclaration. Bien gérer ces paramètres requiert du temps et de l’énergie pour être sûr d’éviter les erreurs.
Dans cet article nous allons vous aider à comprendre l’utilité du plan de trésorerie, vous expliquer comment le construire et l’analyser, les erreurs à éviter. L’objectif est de vous apporter un maximum de valeur pour piloter votre entreprise plus sereinement.

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ?

La liste des flux doit être complète et inclure toutes les opérations prévisionnelles. Les oublis fausseraient les soldes de fin de mois induisant de mauvaises projections et une vision erronée des finances de votre société. C’est donc primordial de ne rien oublier.
(Exemple de plan de trésorerie prévisionnel dans le logiciel RocketChart)
Chaque encaissement ou décaissement doit être reporté dans la colonne du mois où il est prévu. Par exemple, une facture de vente émise en avril mais payable en juin doit être inscrite dans la colonne des encaissements du mois de juin. Attention à bien porter les montants TTC pour les opérations assujetties à la TVA.
Le tableau de trésorerie prévisionnelle fait parti d’un ensemble de 4 tableaux financiers majoritairement utilisés dans le pilotage des entreprises :
  • le compte de résultat prévisionnel, qui reprend les charges et produits de l’entreprise, en €HT, pour en déduire son résultat prévisionnel net (bénéfice ou perte)
  • le bilan prévisionnel, qui est un photo du patrimoine de l’entreprise à l’instant T (actif et passif) incluant notamment les dettes et créances
  • le plan de financement prévisionnel, qui définit les ressources de financement (apport personnel, emprunt, …) utilisées pour couvrir les investissements

À quoi sert un plan de trésorerie prévisionnel ?

Le tableau de trésorerie prévisionnel est un outil d’aide à la décision. Il vous permet d’anticiper et visualiser vos liquidités disponibles plusieurs mois à l’avance. Vous êtes ainsi capable d’adapter la gestion de votre entreprise et de réagir rapidement si vous détectez que votre solde de trésorerie risque d’être négatif dans un futur plus ou moins proche. Grâce à ce document vous disposez d’informations fiables et chiffrées pour trouver les bonnes solutions.
Par exemple, reprenons le tableau de trésorerie présenté ci-dessus et affichons la courbe de trésorerie prévisionnelle dans RocketChart :
(Visualisation de la trésorerie prévisionnelle dans l'outil RocketChart)
En un coup d’oeil, nous identifions que le solde de trésorerie deviendra négatif à partir d’octobre. Des actions doivent être mises en place pour éviter que cela se produise dans la réalité. Le dirigeant pourra par exemple décaler des paiements fournisseurs ou demander des acomptes pour faire rentrer l’argent plus vite et éviter de passer à un solde négatif.

En phase de création de son entreprise

Le plan de trésorerie fait partie intégrante du business plan financier. Il est indispensable lors de l’étape de création d’entreprise car ce tableau vous permet deux choses :
  • être certain qu’avec les projections établies, votre entreprise dégagera la trésorerie nécessaire pour faire face aux dépenses budgétées
  • mettre en lumière votre besoin de financement pour lancer votre activité
Si votre tableau fait apparaître un solde de trésorerie négatif vous devrez trouver une solution pour renflouer votre compte bancaire avant le démarrage de votre activité. En effet, il serait compromettant de commencer le développement de votre entreprise en sachant que vous ne pourrez pas payer vos charges dans quelques mois.
Par exemple, vous pourriez envisager d’augmenter vos fonds propres, de négocier un découvert auprès de votre banque, ou encore d’obtenir un prêt et des subventions pour vous lancer. Dans tous les cas, vous devrez justifier vos demandes de financement en vous appuyant sur votre plan de trésorerie.
Sachez que les établissements bancaires et les organismes de financement demandent généralement d’effectuer plusieurs scénarios. Forcément, vous leur montrerez le plus favorable, mais ils exigent aussi des prévisions plus pessimistes : 20% de CA en moins, retard dans les développements et la phase de commercialisation, etc. RocketChart vous permet de créer vos scénarios en quelques clics pour gagner du temps et anticiper votre trésorerie selon différentes hypothèses.

Lorsque son entreprise est lancée

Le plan prévisionnel vous permet de projeter votre trésorerie dans l’avenir. Vous pouvez l’établir au mois, à la semaine, ou même au jour près. Cela dépend de la visibilité dont vous avez besoin et de la précision dans le pilotage de votre trésorerie. Les entreprises avec une trésorerie tendue auront tendances à la gérer finement.
(Visualisez votre trésorerie prévisionnelle journalière avec RocketChart)
Une fois que l’entreprise est lancée, les flux entrent et sortent du compte bancaire perpétuellement. Vous devez gérer dans le temps les décalages de paiement entre les encaissements (chiffre d’affaires, financement) et les décaissements (charges fixes, salaires TVA, achats fournisseurs, etc.).
Grâce au calcul du solde de trésorerie cumulé, le tableau prévisionnel vous assure d’avoir toujours les liquidités pour payer les décaissements à venir. Et vous donne la visibilité pour anticiper d’éventuels problèmes.

Pour une activité saisonnière

Dans le cas d’une activité saisonnière, vous devez vivre toute l’année grâce au chiffre d’affaires généré sur une courte période de temps (loueurs de skis par exemple). Prévoir votre trésorerie sur l’année est donc crucial pour être sûr de ne pas tomber à découvert.

Établissements de loi 1901 : organismes associatifs

Certains établissements subsistent grâce aux versements de subventions par l’Administration publique. En effet, le chiffre d’affaires encaissé par l’activité ne permet pas de payer toutes les charges de fonctionnement. Ces subventions sont versées ponctuellement dans l’année (1 fois par semestre par exemple).
Le gérant doit donc établir un budget prévisionnel et s’assurer que les liquidités perçues permettront à l’établissement de payer toutes ses charges en temps et en heure. Le plan de trésorerie prévisionnel est un passage obligé pour projeter sa situations financières dans les mois à venir. Cela permettra d’anticiper un besoin de trésorerie mais aussi de mettre en lumière les investissements possibles.

Comment construire votre plan de trésorerie ?

Voici la partie la plus intéressante : la construction de votre plan prévisionnel de trésorerie. Vous l’avez compris précédemment, il s’agit d’un tableau qui comprend 3 parties : la liste des encaissements, celle des décaissements, et le calcul du solde de trésorerie. Ces éléments sont reportés mois par mois dans votre tableau.

Plan de trésorerie - étape 1 : encaissements

La première étape est d’ajouter une colonne pour chaque mois de l’année à couvrir dans vos prévisions. Puis de répertorier la liste complète de tous les encaissements que votre entreprise pourra rencontrer. Vous pourrez en ajouter en cours de route, mais essayez d’être le plus exhaustif possible dès le départ.
(Étape 1 de la construction du plan de trésorerie - lister les encaissements)
Si votre entreprise a déjà réalisé son premier exercice comptable, vous pouvez utiliser comme base les catégories du Compte de résultat. Si vous venez de créer votre entreprise, il faudra partir d’une feuille blanche. Pour vous aider, voici la liste des recettes les plus courantes en entreprise :

Chiffre d’affaires €TTC - facturation clients

Pour que votre tableau soit plus parlant et plus précis, vous pouvez classer vos ventes clients selon leur nature :
  • typologie de clients (BtoB, BtoC, secteurs d’activité)
  • typologie de services (abonnements, prestations de conseil)
  • moyens de paiement (virements, chèques, CB)
  • type de facturations (récurrent, acompte, délais de règlement)

Financements

  • apport personnel (compte courant)
  • prêts bancaires
  • subventions
  • levée de fonds

Aides et remboursements

  • concours
  • remboursement URSSAF
  • aides et primes à l’embauche

Remboursement de TVA

(Suivez votre solde de TVA avec le logiciel RocketChart)

Plan de trésorerie - étape 2 : décaissements

Vous allez maintenant refaire le même travail sur les dépenses. Pensez bien à lister toutes les charges de votre entreprise et regroupez-les par pôle. Encore une fois, si vous l’avez à disposition, reprenez le compte de résultat établi par votre comptable. Voici une liste non-exhaustive qui pourra vous aiguiller :

Factures fournisseurs

Tout comme la facturation clients, vous pouvez ventiler vos achats fournisseurs selon leur typologie :
  • type de prestation (matières premières, recrutements, consommables, etc.)
  • délais de règlement (comptant, 30 jours fin de mois, 45 jours fin de mois, etc.)
  • moyens de paiement
  • ou carrément par fournisseur (liste de tous vos fournisseurs)

Charges de personnel

  • salaires nets employés (CDI, CDD, intérimaires)
  • gratification de stage
  • indemnisation des gérants
  • URSSAF et RSI (cotisations sociales)
  • prévoyance et mutuelle
  • retraite
  • ticket restau
  • remboursement des frais de transport

Frais de fonctionnement

  • loyer
  • services publiques (électricité, etc.)
  • assurances
  • frais d’entretien
  • fournitures de bureaux
  • logiciels divers (classés par typologie)
  • internet
  • infrastructure technique et serveurs

Frais de gestion

  • frais d’actes (greffe, annonce légal)
  • comptabilité
  • honoraires (avocat, leveur de fonds, commissaire au compte)

Marketing et commerciale

  • événements et salons (location d’espace)
  • flyers (design et impression)
  • publicité (journaux, TV, etc.)
  • publicité en ligne (Google Adwords, Facebook Ads, etc.)
  • cadeaux clients
  • frais de déplacement

Frais bancaires

  • remboursement d’emprunt
  • commissions transactions
  • frais de tenu des comptes
  • agios (si découvert autorisé)
  • commission d’intervention (si découvert non-autorisé)

Impôts et taxes

  • TVA (si votre TVA collectée est plus importante que votre TVA déductible)
  • cotisation foncière des entreprises
  • taxe d’apprentissage
  • impôts sur les sociétés

Plan de trésorerie - étape 3 : imputation des recettes

Vous devez imputer vos recettes dans votre plan de trésorerie au moment de leurs encaissements. C’est à dire qu’il faut prendre en compte les délais de paiement, à l’origine des décalages de trésorerie. Par exemple, une prestation facturée en mars mais avec un délais de paiement 30 jours fin de mois apparaîtra en avril dans votre tableau. Gardez cela en tête lors de la construction de votre prévisionnel.
Dans un premier temps, distinguez vos encaissements réguliers. Ce cas de figure est assez simple à gérer. Il vous suffit de reporter le montant dans vos colonnes selon la fréquence, dans la catégorie correspondante. Si vous encaissez mensuellement l’argent d’une prestation régulière, reportez le montant chaque mois. C’est le cas d’abonnements, de clients récurrents, ou si vous louez à vos clients.
Pour les encaissements non-récurrents, la tâche est un peu plus ardue. Vous devez estimer vos ventes, et traduire la facturation qui en découle dans votre plan de trésorerie. La bonne pratique est de partir de l’année passée. Cela vous permettra d’avoir une tendance sur laquelle vous appuyer.
Ensuite, vous pouvez observer les délais de règlements moyens réels de vos clients. Cela vous aidera à convertir votre compte de résultat prévisionnel en plan de trésorerie. Si 60% de vos clients paient à 30 jours, 30% paient réellement à 60 jours et 10% vous règlent à 90 jours, vous pouvez partir de cette base pour convertir la facturation dans votre plan de trésorerie.
Si vous démarrez votre activité, vous devrez faire des estimations. Vous pouvez contacter des confrères ou d’autres entrepreneurs pour avoir leur avis sur vos données de lancement. Il vaut mieux se placer dans un scénario plus pessimiste et donc de revoir vos estimations à la baisse. Vous gardez ainsi un coefficient de sécurité.
Enfin, si vous avez prévu de recevoir des financements, tel qu’un prêt bancaire, des subventions ou une levée de fonds par exemple, imputez le montant attendu dans la colonne du mois correspondant.

Plan de trésorerie - étape 4 : imputation des dépenses

De la même manière qu’à l’étape précédente, vous devez reporter les dépenses au moment de leur décaissement réel. Il faut donc prendre en compte les délais de règlement négociés avec vos fournisseurs, la fréquence de vos charges fixes et les dépenses ponctuelles.
La majorité des dépenses d’entreprise sont fixes. Leur montant ne varie pas d’un mois à l’autre. Nous vous conseillons d’établir la liste de toutes vos charges fixes, d’y associer un montant, une fréquence et une éventuelle date de fin. Voici une liste non-exhaustive qui peut vous aider à démarrer : salaires nets, URSSAF, loyers, services publiques, assurances, abonnements logiciels, frais d’entretien et de maintenance, mutuelle, remboursement de vos emprunts bancaires, honoraires.
Les charges fixes ont l’avantage de représenter une part d'imprévus en moins. Une fois la liste terminée, vous pouvez facilement les projeter dans votre tableau de trésorerie.
imputation charges fixes sur RocketChart(Imputation de vos charges fixes sur RocketChart)
Si des salaires sont prévus dans votre tableau prévisionnel, pensez à :
  • reporter un décaissement mensuel pour les salaires nets
  • imputer une sortie mensuelle ou trimestrielle pour les charges sociale
Évaluez ensuite vos charges variables. Cette partie est plus complexe, car difficilement prévisible. Vous savez qu’ils vont se produire mais vous ne connaissez pas le montant exacte ni les dates des règlements. Vous devez donc limiter au maximum les risques d’erreurs de prévision.
Si vous avez déjà un historique, reprenez vos données de l’année dernière et calculez mois par mois la part que représente vos charges variables par rapport à votre chiffre d’affaires. Faites une moyenne sur l’année pour avoir la part moyenne de charges variables. Vous aurez ainsi une bonne idée des montants que vous pouvez légitement imputer à partir des prévisions de votre chiffre d’affaires.
Si vous partez de votre compte de résultat prévisionnel, indiquez les délais de paiement de vos fournisseurs afin des les convertir dans votre plan de trésorerie prévisionnelle.

Plan de trésorerie - étape 5 : la fiscalité

Pour finir la constitution de votre plan de trésorerie, vous devez intégrer les mouvements liés à la fiscalité des entreprises. Ces frais ne sont pas à négliger car ils peuvent représenter des dépenses conséquentes pour la société. Pour les prévoir, reprenez vos données de l’année passée. Vous éviterez ainsi les oublis.
Si vous n’avez aucun historique, voici quelques éléments :
  • TVA à payer (en prenant en compte votre fréquence de déclaration : mensuel, trimestriel, etc.)
  • impôt sur les sociétés (IS)
  • Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)
  • Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)
  • Cotisation Économique Territoriale (CET)
  • taxe foncière si l’entreprise est propriétaire de ses locaux
  • contribution financière AGEFIPH
  • versement des dividendes
  • remboursement de compte courant d’associés

Plan de trésorerie - étape 6 : solde de trésorerie

Vous avez donc rempli entièrement les encaissements et décaissements prévisionnels de votre entreprise. Tous les mouvements de trésorerie prévisionnelle ont été reportés. Vous pouvez maintenant calculer la variation de trésorerie sur chaque mois. Elle correspond à la somme de vos recettes moins la somme des sorties.
Variation de trésorerie = encaissements - décaissements
Indiquez votre solde de trésorerie au début du mois où vous commencez votre tableau. Si vous réalisez votre tableau en décembre 2020, indiquer votre solde de trésorerie au début du mois de décembre 2020. Votre ligne trésorerie début de mois est égale à la trésorerie fin de mois de la colonne précédente.
En dernier lieu, vous allez accéder à la donnée la plus importante de votre tableau : le solde prévisionnel de trésorerie à la fin de chaque mois. Vous devez suivre cette information au doigt à l’oeil. Pour être sûr d’être toujours en positif, ou du moins au dessus de vos seuils. Le solde de trésorerie, autrement appelé trésorerie cumulée, est égale au solde du mois précédent (N-1), auquel vous ajoutez les recettes du mois N, moins les dépenses du mois N.
Solde de trésorerie (N) = Solde de trésorerie (N-1) + encaissements (N) - décaissements (N)
Si vous avez été attentif et que vous avez bien suivi le calcul de la variation de trésorerie, vous avez aussi identifié que :
Solde de trésorerie (N) = Solde de trésorerie (N-1) + Variation de trésorerie (N)
(Calcul variation et solde de trésorerie fin de mois dans votre tableau prévisionnel)

Comment suivre et alimenter votre plan de trésorerie ?

Pour être pertinent et fiable, votre plan de trésorerie doit être tenu à jour régulièrement. Chaque nouvelle opération doit y figurer dans la bonne case pour que votre solde de trésorerie soit au plus juste. Cela vous permettra aussi de mesurer les résultats des actions mises en place.
La bonne pratique est d’ajouter une colonne Réalisé à côté de votre colonne Prévisionnel. Vous pourrez ainsi mesurer les écarts, vérifier que vos objectifs sont atteints, que vos budgets mensuels sont respectés et mettre en place des actions correctives si ce n’est pas le cas.
Aussi, si au milieu de mois vous constatez que vos objectifs seront impossibles à atteindre, ajustez-les afin d’anticiper l’impact sur votre trésorerie. Faites de même pour les dépenses. Le but est de piloter votre entreprise par les chiffres, mais surtout d’anticiper le plus tôt possible d’éventuelles difficultés de trésorerie.
(Comparaison Réalisé vs Prévisionnel dans votre tableau de trésorerie)
Plutôt que de reporter manuellement vos flux dans un tableur Excel, vous pouvez utiliser des logiciels de trésorerie comme RocketChart : connecté directement à vos comptes bancaires, les opérations bancaires sont catégorisées automatiquement dans les bonnes catégories et votre suivi de trésorerie est automatisé. Vous gagnerez un temps précieux et vos prévisions seront très fiables.

« RocketChart me permet d’avoir une vision instantanée sur l’état de ma trésorerie, et m’aide à prendre rapidement les bonnes décisions grâce aux scénarios prévisionnels de trésorerie : lorsqu’on doit arbitrer un investissement ou une dépense particulière. Le gain de temps est inestimable ! »

Aurélien LovalenteCo-fondateur - Studiomatic

Comment analyser vos prévisions ?

La projection de votre trésorerie prévisionnelle vous donne les cartes en mains pour agir en conséquence. Ce travail peut vous sembler fastidieux, mais avec le bon outil c’est un jeu d’enfant. L’aide à la décision apportée vous donne un réel avantage dans la gestion de votre entreprise.
Vous devez analyser l’évolution de votre solde de trésorerie. C’est le premier indicateur de la bonne ou mauvaise santé financière de votre entreprise. Sans trésorerie, votre activité s’arrête et vous mettez la clé sous la porte. Avec un surplus de trésorerie, vous passez à côté d’opportunité de développement. Votre tableau de trésorerie permet de mettre en évidence et mesurer :
  • une trésorerie négative : votre entreprise ne dispose pas assez de liquidités pour payer ses engagements, et vous êtes en situation de découvert bancaire.
  • une trésorerie nulle ou proche de zéro : vous jouez avec la limite et le moindre imprévu vous mettra dans le rouge. Un suivi rigoureux et journalier est obligatoire.
  • une trésorerie positive : votre entreprise dispose des liquidités pour faire face à tous ses engagements à venir. Vous disposez donc de cash à réinvestir en placements pour le faire fructifier, mais aussi en investissements pour développer votre entreprise.

Comment faire face à un solde de trésorerie négatif ?

Vos projections de trésorerie sur l’année mettent en évidence que votre solde passera en négatif à un moment. C’est à dire que vous n’aurez pas suffisamment de liquidités sur vos comptes bancaires pour régler vos engagements. C’est la pire situation pour un dirigeant et un directeur financier. Mais heureusement, grâce à votre tableau prévisionnel vous l’avez vu venir bien en avance ! Vous pouvez donc anticiper et mettre en place les bonnes actions pour éviter que cela se produise réellement.
(Votre plan de trésorerie laisse apparaître un solde de trésorerie négatif à partir d'octobre)
Si votre solde négatif persiste dans le temps tout en restant à peu près stable, cela signifie que le cash généré par votre entreprise ne permet pas de combler son besoin de trésorerie. Vous devrez donc augmenter vos liquidités. Vous pourrez par exemple :
  • demander un prêt bancaire
  • augmenter vos fonds propres avec un apport en capital
  • revoir le plan de financement initial si vous démarrez l’activité
Si le creux de trésorerie n’est que ponctuel, cela traduit probablement vos décalages de facturation/trésorerie. Analysez en détail vos échéances clients et fournisseurs pour identifier l’élément perturbateur. Vous pourrez alors :
  • négocier des délais de règlement plus court avec vos clients
  • rallonger les délais de paiement pour les fournisseurs qui peuvent le supporter
  • mettre en place un système d’acomptes
  • négocier un financement court-terme (découvert bancaire autorisé par exemple)
Si votre besoin de trésorerie dégringole au fil de l’année et que le solde négatif s’accroît, il faudra certainement revoir votre modèle économique. Votre entreprise n’est tout simplement pas rentable. Analysez vos coûts, vos marges, votre structure de charges ou faites-vous accompagner par une personne spécialisée.
Dans tous les cas, pour trouver la meilleure solution vous devrez simuler vos hypothèses. Pour cela vous pouvez dupliquer votre tableau de trésorerie, modéliser un nouveau scénario avec une décision, et mesurer les répercussions sur votre trésorerie. Vous identifierez rapidement le bon choix et passerez à l’action avant qu’il ne soit trop tard.

Les bonnes pratiques du tableau prévisionnel de trésorerie

Pour finir ce tutoriel, il convient de rappeler les bonnes pratiques et erreurs courantes à éviter dans l’utilisation de votre plan de trésorerie prévisionnelle.
  • Ne négligez jamais les petits montants et petits postes de dépenses. Une seule petite charge ne représente pas beaucoup pour votre entreprise. Mais lorsque vous les cumuler ensemble, le montant total peut rapidement représenter 2 voir 4% de votre chiffre d’affaires. La bonne pratique est donc de créer une catégorie “Divers” et de provisionner 4% de votre chiffre d’affaires dedans tous les mois. Vous laissez ainsi un coefficient de sécurité sur vos prévisions.
  • Mettez à jour votre plan de trésorerie prévisionnelle au minimum tous les mois. C’est la base pour avoir un peu de visibilité. Si dans votre routine vous avez le temps de le faire toutes les semaines c’est bien mieux. Ça ne sert à rien de faire un plan et de ne jamais revenir dessus. La réalité va être différente de vos prévisions. Vous ne pouvez pas tout prévoir. Vous devez donc tenir à jour vos projections, les ajuster en fonction des événements réels de l’entreprise et comparer les écarts entre le Réalisé et le Prévisionnel. Vous garderez ainsi toujours une bonne visibilité sur la santé financière de votre entreprise.
  • Pensez à bien remplir votre plan de trésorerie en € TTC, et non en hors taxes. Votre trésorerie concerne les mouvements bancaires et les montants payés. Vous devez donc reporter les montants que vous recevrez et les sorties d’argent en incluant le montant de la TVA.

Exemple plan de trésorerie Excel

Mettre en place son plan de trésorerie sur un tableau Excel est complexe et peut prendre du temps au démarrage. Pour vous aider, vous pouvez reprendre ce tutoriel étape par étape. Vous trouverez sur internet plein de modèles différents à télécharger gratuitement. Les catégorisations proposées dans ces modèles peuvent vous servir de base mais doit être adaptée à votre structure.

Conclusion

Le plan de trésorerie prévisionnel est un outil indispensable dans la gestion de votre entreprise. Il vous donne toutes les clés pour anticiper et pérenniser votre activité, dès son démarrage. Il vous offre une vision claire et précise de votre situation financière pour les mois à venir mais aussi en temps réel, si vous prenez le temps de le maintenir à jour.

La mission de RocketChart

Proposer un outil simple et automatique, pour gérer et projeter facilement votre trésorerie. Nous aidons les dirigeants et responsables financiers de TPE et PME à suivre leur trésorerie en temps réel, avec des prévisions fiables pour prendre les bonnes décisions.